PRISE EN MAIN ET PROGRESSION TYPE

Publié le par saintevictoireminivoile

Voici la progression type que je propose au cours d'une prise en main mini-voile.

Pente école

I) Vent nul

Spécificités du gonflage dos voile :L'atterro de Saint-Sert

-Bien accompagner la voile aux avants

-Ne pas brusquer la voile : Les premiers pas se font en marchant.

-Prendre les élévateurs sous la marque rouge  pour éviter d’écraser et de déformer le bord d’attaque de la voile au gonflage.

-Temporisation avec très peu de freins voir pas de freins si le vent est nul.

-Une fois la décision de commencer la course d’envol, c’est la vitesse qui doit primer et ensuite la prise de contact aux freins. (On parle de prise de contact aux freins car l’action sur les freins est très modérée).

-Le pilote devra donc apprendre à décoller EN COURANT avec de la vitesse et non sur les freins. La prise de contact aux freins se fera une fois que la vitesse de course est établie.

-Course d’envol en accélérant en affichant environ 20 % de freins pour améliorer la finesse de décollage si nécessaire.

-Recentrage de la voile : Il se fait par accélération de la course du pilote et non par recentrage latéral du pilote. Attention si la vitesse n’est pas suffisante, l'action aux freins aura tendance à faire retomber la voile.

 

II) Vent modéré à soutenu

L’aile tracte moins, le pilote se sent en sécurité, peut jouer dans le vent avec plus de sérénité et de plaisir.

Dans le vent soutenu, le pilote pour juger des spécificités de la voile :

-réactivité en tangage et surtout en roulis. Les spirulines ne dépassent pas ou peu même dans le vent soutenu.

-réactivité des commandes.

-recentrage de la voile à la commande.

-Prise en charge de la voile.

-Apprentissage de différentes méthodes pour gonfler :2 avants, 2 arrières; en bord de fenêtre...

-Apprentissage de l'affalement efficace de la voile en tirant les élévateurs AR ou sur le bord d’attaque.

-Apprentissage des différents réglages de trims selon la force du vent au déco, et les comportements de la voile qui sont liés à ces différents réglages.

 

PREMIER VOL EN MINI-VOILE 

I) AVANT LE VOL

-Pour le premier vol, le décollage et l’atterrissage doivent être suffisamment grand. Un décollage modérément pentu est avantageux.

-Penser aux conditions aérologiques, de la brise légère ou modérée au décollage et à l’atterrissage faciliteront le vol.

-Choisir un site peu fréquenté pour éviter des approches terrain à plusieurs voiles.

-Prévoir tous les cas de figures en termes d’approche en fonction de la direction du vent à l’atterrissage. On privilégiera la PTU en mini-voile.

-S’assurer que l’atterrissage est en finesse du décollage.

II) LE VOL100_0570.JPG

Dans l’ensemble tout est plus facile, intuitif et avec plus de vitesse.

a) Le décollage

-Vérifier la position symétrique des trims. Les trims seront tirés ou en position adaptée (légèrement relâchés). La ventrale desserrée. Le secours en ventral.

-Le gonflage de la voile se fera en marchant. Il permettra bien sur de  s’assurer que tout est en ordre : pas de tours de freins, pas de clefs dans les suspentes et les suspentes de freins coulissent bien dans les poulies.

-Temporisation  avec pas ou peu de freins.

-Ensuite la vitesse de portance étant plus élevée qu’en parapente, il  faudra accélérer sa course pour l’atteindre (d’où l’utilité des courses d’envol sur la pente école). La portance interviendra tard. Le décollage doit être fait sur la vitesse et non sur les freins.

-Le pilote pourra afficher environ 20% de freins pour améliorer sa finesse de décollage.

-Ne pas s’assoire dans la sellette tant que l’on n’est pas certain de ne pas avoir a recourir , rester en position de décollage c'est à dire debout en déséquilibre avant pour s'éloigner de la pente de décollage.

 

b) Le vol

Ce qui étonnera en premier lieu le pilote venant du parapente c’est la vitesse de vol plus élevée.100 0652

-Pour découvrir la réactivité de la voile on s’écartera du relief pour effectuer les premiers virages.

-Des virages un peu appuyés permettront de se rendre compte du débattement des commandes et de la réactivité de la voile (ce qui sera utile pour la phase d’approche).

-Être attentif à la perte de hauteur sur les virages engagés, à la réponse immédiate des commandes et à leur débattement plus court.

-Accepter la vitesse de vol plus rapide. Ne pas rechercher celle du parapente.

 

 

 

 


c) L’atterrissage

L’atterrissage en mini voile est très accessible cependant il doit être plus construit qu’en parapente et laisse moins de place à l’improvisation. La phase d’approche et d’atterrissage est cependant plus évidente avec moins de finesse et une finesse dégradée bras haut.Les atterros vue du déco inter

-Le pilote devra se méfier des virages plus creusés de la mini voile. C’est la raison pour laquelle la PTS n’est pas très adaptée à moins que les virages ne soient pas trop serrés ou rapprochés

-L’approche se fera donc de préférence en PTU. Les virages seront larges. Attention au débattement plus court des commandes.

-Pas d’approche aux basses vitesses, ni en wings prés du sol

-Se mettre DEBOUT pour la finale. Adoptez une longue finale avec un maximum de vitesse en fixant un point d’aboutissement au sol ou le moniteur.

-L’arrondi pourra se faire en deux temps : Un léger freinage pour tangenter le sol (flair) puis freinage sur tout le débattement sans brutalité pour l'arrondi final.

 

PROGRESSION LORS DES VOLS SUIVANTS

a)Vols en conditions calmes sur sites peu fréquentés

Le pilote poursuivra sa progression dans un premier temps en conditions calmes, en s’écartant du relief.

Il se familiarisera avec :

-phase de gonflage et décollage afin de les optimiser.

-le débattement des commandes et la réactivité de la voile.

-la plage de vitesse et finesse max avec environ 20% de freins.

-Virages creusés ou non.

-Utilisation des trims.

Le pilote travaillera sa précision d’atterrissage et pourra varier ses types d’approches (PTU et PTS si le terrain est assez large et si le pilote sait gérer correctement son inclinaison de virage).

 

b) Vols en conditions variés sur sites  peu fréquentés100 0648

Le pilote pourra se rapprocher du relief.

Il devra apprendre à moins creuser son virage pour exploiter les ascendances thermiques.

Il devra travailler le freinage extérieur pour limiter le creusement en virage notamment dans l'exploitation des ascendances.

 

c)Vols en conditions variés sur sites  fréquentés

Le pilote sera attentif à sa vitesse d’évolution plus rapide, lorsqu’il vole avec autrui et aux atterrissages fréquentés.

La suite de la progression pourra s’orienter vers d’autres formes de vols, le vol montagne, vol de distance, tours de vallées, vols bivouac, vol trail…100 0654

Commenter cet article